La fruitière, qui sommes-nous ?

Située aux portes de Morteau, c’est dans le berceau de la race Montbéliarde que la fruitière traditionnelle des Suchaux est implantée depuis 1866.Le lait de cette fruitière est livré 2 fois par jour par les producteurs du village des Suchaux juste après la traite pour y être transformé en Comté.

Le premier document en notre possession est un livre de compte ‘‘recettes-dépenses’’ datant de 1866, un an après l’incendie qui détruisit le village des Suchaux. Ce livre nous rapporte les titres de prêts et dépenses pour la construction du chalet. Il y avait 19 souscripteurs pour la construction, chacun s’engageant pour 6 ans à payer 20 francs par vache et par an. Soit 58 vaches au total. Les non souscripteurs devaient payer la somme de 1 franc par livre de fromage, pour frais de chalet.

Le chalet était loué pour un an : 100 francs (du 11 novembre 1867 au 11 novembre 1868). On y fabriquait du gruyère. Chaque souscripteur reprenait son fromage à tour de rôle pour la somme de 2 francs par kilo. Pour comparaison, une journée de charpentier ou une journée de maçon ou une tuile équivalait à 3 francs. Ce chalet avait été construit au centre du village des Suchaux.A partir de 1883, les fromages ont été vendus à un acheteur, deux fois par an. En 1898, les premiers statuts officiels de la société de fromagerie furent signés par 30 personnes. Ces statuts comportent pas moins de 102 articles. La construction d’un nouveau chalet est décidée. Celui-ci est inauguré en 1901, c’est le bâtiment actuel. Le coût de sa construction s’élevait à 8386 francs avec 1478 francs en plus de matériel de fabrication. Les sociétaires étaient des Suchaux, de Renaudumont, des Combes, des deux fermes du Caillet, de Quartier Neuf, de Meix Brenet et des Teurés. Actuellement, il y a 10 exploitations pour 3 communes.